puce H1 Jeu-Argent.be

Trois policiers sanctionnés pour avoir joué illégalement au casino en ligne

jeudi 6 Février 2020

Commission des Jeux de Hasard
La Commission des jeux de hasard a ordonné plusieurs contrôles auprès de la police pour identifier les agents qui auraient été tentés par le jeu malgré l'interdiction. Une douzaine de policiers joueurs ont été recensés, dont 3 ont reçu une sanction. Ils ont écopé d'une amende allant de 200 à 5.000 euros.

Usurpation d'identité et abus de matériel

Selon la Commission des jeux de hasard, 12 policiers se sont adonnés à des jeux de hasard en ligne malgré l'interdiction imposée par la loi du 7 mai 1999 pour ce corps de métier. Trois d'entre eux ont été sanctionnés, car leur cas regroupait plusieurs infractions. Les deux premiers ont en effet usurpé l'identité d'un tiers et utilisé le matériel informatique de la police pour parier en ligne. L'un jouait sous le nom de son beau-père tandis que l'autre utilisait les coordonnées de sa sœur. Ils risquaient tous les deux 2.000 euros d'amende. La Commission des jeux de hasard s'est cependant montrée clémente. Ils ont été condamnés à payer 208 euros et 350 euros.

La troisième joueuse quant à elle présentait un cas d'addiction grave puisqu'elle jouait 1.500 euros par mois. L'enquête a montré qu'elle utilisait les coordonnées de sa mère. En tout, elle aurait dépensé plus de 56.300 euros lors de 668 sessions en ligne. Sa sanction pouvait aller jusqu'à 60.000 euros. La Commission des jeux de hasard a cependant choisi de limiter la facture à 5.000 euros à cause de plusieurs circonstances atténuantes. La policière est en incapacité depuis plusieurs mois et elle a reconnu avoir un problème avec le jeu. Enfin, il faut noter que la Commission des jeux de hasard prévoit de sanctionner les 9 autres policiers qui ont enfreint l'interdiction. Le verdict devrait tomber dans les prochains jours.

Les policiers étaient obligés d'utiliser les informations de tiers pour s'inscrire et jouer sur les sites de jeux belges. De par leurs professions, ils étaient inscrits d'office dans le fichier EPIS qui contient les personnes interdites de jeux (physique ou sur Internet). Les bookmakers et autre salle de jeux ont l'obligation à cahque inscription et connexion de verifier que le joueur ne se trouve pas sur cette liste.

Source : dhnet.be

Les autres actualités de la Commission des Jeux de Hasard

Trois casinotiers bloqués par la commission des Jeux de Hasard La CJH prépare un protocole sur les paris virtuels Paris virtuels : La Commission européenne ouvre une enquête sur Ladbrokes
Commission des Jeux de Hasard Commission des Jeux de Hasard Jeu-Argent.be
Un nouvel arrêté limite le nombre d'opérateurs de paris sportifs à 34 Lutte contre la COVID-19 : Mise en place du traçage dans les casinos et les salles de jeu Port du masque désormais obligatoire dans les casinos, les salles de jeux et les bureaux de paris
Jeu-Argent.be Jeu-Argent.be Commission des Jeux de Hasard
Magali Clavie déclare la guerre au marché illégal Les salles de jeux retrouvent 90 % de leur clientèle en Wallonie Les règles à respecter pour la réouverture des casinos et salles de jeux
Commission des Jeux de Hasard Jeu-Argent.be Commission des Jeux de Hasard

Commentaires pour l'article

Soyez le premier lecteur à partager votre avis sur ce sujet.

Proposer un commentaire pour l'article

Recopier le code

 
 
rss twitter Facebook Facebook