Loot Boxes : Bientôt une régulation au niveau européen ?
» Commission des jeux de hasard » Jeux d'argent en ligne en Belgique

Logo Jeu-Argent.be
Logo Jeu-Argent.be

Loot Boxes : Bientôt une régulation au niveau européen ?

vendredi 10 Juin 2022

Commission des Jeux de Hasard

Le conseil des consommateurs norvégien vient de publier un rapport concernant les micro-transactions dans les jeux vidéo. Il y dénonce les mécanismes abusifs, opaques et prédateurs utilisés par les éditeurs afin de pousser les joueurs à dépenser de l'argent. Il s'attaque en particulier aux loot boxes, ces coffres dont le contenu est aléatoire et qui permettent d'avoir divers avantages dans le jeu. En Belgique, ils sont déjà interdits depuis 2018, car considérés comme des jeux d'argent. Le rapport établi par le conseil des consommateurs de Norvège propose de mettre en place une régulation plus stricte concernant les microtransactions.

20 milliards de dollars en 2025

La consommation de jeu vidéo a drastiquement évolué au fil des années. Le marché est passé en effet de la vente de cartouches et de CD à des systèmes entièrement digitalisés mettant en avant des achats effectués directement dans le jeu. Cette méthode permet aux éditeurs de continuer à rentabiliser un jeu après sa sortie et de prolonger sa durée de vie. Elle offre même la possibilité de sortir un titre et de le proposer gratuitement en téléchargement. Aujourd'hui, ces microtransactions constituent d'ailleurs leur principale source de revenus. D'après les projections, plus de 20 milliards de dollars seront générés via ces canaux d'ici 2025.

Cette tendance commence à inquiéter la plupart des gouvernements et des associations de consommateurs. Un type de microtransaction attire particulièrement l'attention : les loot boxes. Il s'agit de coffres à butin dont le contenu est aléatoire et qui permettent d'avoir un avantage dans le jeu. En Belgique, ils sont déjà interdits depuis 2018, car assimilés à des jeux de hasard et d'argent. Dans le reste du monde, en revanche, ils continuent d'être proposés aux joueurs parfois à outrance. En Norvège, le conseil des consommateurs vient de publier un rapport afin de tirer la sonnette d'alarme. D'après l'entité, les éditeurs multiplient les mécanismes prédateurs et abusifs afin de pousser les consommateurs à l'achat. La situation est d'autant plus alarmante lorsque l'on sait que les jeux vidéo ciblent surtout un public jeune, voire mineur.

6 propositions pour une meilleure régulation

Le conseil des consommateurs de Norvège propose 6 mesures afin de créer un cadre plus strict et sécurisé pour les microtransactions dans les jeux vidéo. La première consiste à bannir tous les designs trompeurs destinés à exploiter les consommateurs. La deuxième est d'imposer l'affichage en argent réel du cout de chaque transaction. La troisième est d'interdire les loot boxes et les contenus aléatoires contre de l'argent réel dans les jeux accessibles aux mineurs. La quatrième mesure porte sur la transparence concernant les systèmes utilisés par les éditeurs pour proposer des microtransactions aux joueurs. La cinquième se concentre sur la mise en place d'une surveillance constante par les autorités. Enfin, la dernière fait office d'ultime alternative si aucune des précédentes ne se révèle concluante. Elle consiste à interdire les loot boxes dans le jeu vidéo de manière globale.

Un marché en constante évolution

Si le débat sur les loot boxes commence à atteindre petit à petit la scène publique et politique, force est de constater que le marché est en pleine évolution et qu'une nouvelle menace pointe déjà le bout de son nez. La tendance des NFTs et des cryptomonnaies vient en effet d'atteindre l'industrie des jeux vidéo. Ni No Kuni, un MMORPG à succès disponible sur mobile prévoit notamment d'intégrer ces éléments à son système de microtransactions dès le quatrième trimestre 2022. Si la pratique se généralise, les politiques et les associations de consommateurs auront un nouveau problème plus complexe à gérer.

Top 3 des meilleurs Casinos en ligne en Belgique

2 Circus - Logo

Notre note : 9.2/10
logo Commission des Jeux de Hasard

Les autres actualités de la Commission des Jeux de Hasard