puce H1 Jeu-Argent.be

La Commission des Jeux de Hasard attire l'attention du futur gouvernement sur la problématique des jeux

lundi 2 Juin 2014

Commission des Jeux de Hasard
Dans un communiqué public adressé au futur gouvernement, la commission des jeux de hasard tire la sonnette d'alarme sur les dangers des jeux d'argent sur internet en Belgique. L'institution régulatrice de ce secteur a en effet recensé 600 000 belges qui s'adonnent régulièrement aux jeux de hasard dont la moitié seraient devenus accros.

Le nombre de joueur en forte progression

La Belgique compte actuellement 600.997 joueurs qui fréquentent les salles de jeux sur internet. Un chiffre en forte hausse selon la commission des jeux de hasard qui dénombrait, il y a deux ans moins de 500.000 joueurs en ligne. En parallèle, le nombre de joueurs placés sur la liste noire a augmenté passant de 19.168 (en 2012) à 21 435 en mai 2014.

Pater Naessens, secrétaire de la commission évoque une tendance indubitablement haussière pour le bilan 2013. Une progression somme toute surprenante précise le président Etienne Marique auteur d'une lettre ouverte destinée à alerter le futur gouvernement belge sur le sujet.

Par ailleurs, ceux qui n'étaient il y a quelques années encore que de simples joueurs du week-end se convertissent en véritables accros. Ils sont aujourd'hui quelques 300.000 belges à jouer tout au long de la semaine.

Les zones les plus pauvres abritent le plus grand nombre de joueurs exclus

D'après la géographie des jeux de hasard en Belgique dressée par la commission des jeux, il semblerait que les villes les plus démunies du royaume soient les plus vulnérables aux tentations des jeux. La région de Flandre compte 7.642 joueurs interdits contre un peu moins dans le Wallone (7.278). L'objectif de la CJH, affirme son secrétaire Peter Naessens est que les personnes interdites ne puissent plus jouer ni en Belgique ni dans d'autres pays voisins. On constate également que les grandes villes qui disposent peu ou pas de casinos comme Hainaut, Liège, Anvers et Bruxelles comptent le plus grands nombre de salle de jeu et de bingos.

Une plus grande accessibilité des jeux de hasard

Les paris en ligne figurent en tête des jeux de hasard les plus fréquentés sur la toile Belge. Une tendance qui profite aux opérateurs de jeux puisque la recette des paris a gonflé de 102 millions d'euros entre 2011 et 2012.

Le régulateur du secteur des jeux en Belgique s'inquiète d'un autre constat : la facilité d'accès aux jeux de hasard qui envahissent le pays. Car grâce à internet, désormais quasiment n'importe qui peut s'inscrire sur les sites de jeux et dans certains cas parier de l'argent en ligne sans aucune forme d'identification possible. Mais ce n'est pas seulement la visibilité des jeux de hasard qui préoccupe la commission des jeux, mais également la tolérance manifeste à leur égard.

Le cadre légal des jeux en Belgique demeure incomplet

Face à la progression des jeux de hasard, la commission des jeux interpelle les autorités sur la nécessité et l'urgence de renforcer le cadre légal qui régit les jeux d'argent dans le pays. A ce jour des pans entiers des secteurs des jeux de hasard demeurent dénués de réglementations claires laissant les acteurs du monde des jeux libre de toutes actions.

C'est notamment le cas des annonces et publicités des opérateurs de jeux qui n'ont toujours pas été réglementés. De même pour les offres de bonus qui peuvent attirer les joueurs dans un véritable guet-apens.

La commission des jeux manque de moyens

La commission des jeux de hasard se dit être à court d'effectif humain et de moyen financier pour contrôler le secteur des jeux en constante développement. En outre, l'absence de bases écrites complique l'intervention du régulateur qui estime qu'à la place d'une action à posteriori, une meilleure information des joueurs sur le fonctionnement et les limites du système seraient plus efficaces pour protéger leur droit. De ce fait, la commission fait appel aux responsables législatifs et au gouvernement qui peinent à valider les arrêtés d'exécutions du nouveau cadre réglementaire du secteur des jeux pourtant voté en 2010.

De vrais problèmes dans le secteur des jeux

Selon la commission des jeux, le secteur des jeux de hasard en Belgique rencontre de véritables problèmes qu'il faudrait dénouer dans l'immédiat. Parmi les principaux soucis épinglés par l'institution, le fait que EPIS, le système conçue pour repérer les joueurs interdits ne soit pas encore relié aux fichiers de la Registre Nationale. En effet pour pouvoir traquer les personnes interdits de jeux - généralement pour cause de dette, ou d'assuétude, ainsi que celles qui se présentent sous une fausse identité (dont les joueurs mineurs), la commission suggère une collaboration plus étroite avec le Registre Nationale.

L'offre des opérateurs étrangers reste aussi une réelle problématique pour la réglementions des jeux en Belgique. « La régulation doit être renforcée d'une manière cohérente et persistante » souligne Etienne Marique. « La canalisation rate son objectif lorsque le Belge peut aller jouer sur les jeux illégaux et clandestins » précise le responsable qui propose une meilleure coordination des autorités nationales et « un nouvel accord gouvernemental qui limite le marché des jeux » notamment à la population jeune qui tend à substituer le jeu aux études et au travail.

Veuillez retrouvez ci-dessous une infographie des informations fournies par la Commission des Jeux de Hasard (Source : lecho.be)

Les autres actualités de la Commission des Jeux de Hasard

59 policiers devant la CJH pour avoir joué illégalement Conflit interne à la CJH : 200 dossiers en attente Les Belges sont de plus en plus dépendants au jeu selon le patron de la Loterie Nationale
Commission des Jeux de Hasard Commission des Jeux de Hasard Loterie Nationale
Limite de mise en ligne : complètement inutile ? Mario Kart Tour n'est pas disponible en Belgique Les cafés obligent Ladbrokes à arrêter ses paris virtuels
Commission des Jeux de Hasard Commission des Jeux de Hasard Commission des Jeux de Hasard
Plus de transparence pour les loot boxes à partir de 2020 L'idée d'un régulateur unique à nouveau évoquée par le CD&V Les cartes Pokémon répondent aux critères du jeu de hasard selon la CJH
Commission des Jeux de Hasard Commission des Jeux de Hasard Commission des Jeux de Hasard

Commentaires pour l'article

Soyez le premier lecteur à partager votre avis sur ce sujet.

Proposer un commentaire pour l'article

Recopier le code

 
 
rss twitter Facebook Facebook