CJH : L'ancien directeur général accusé d'incitation au hacking
» Commission des jeux de hasard » Jeux d'argent en ligne en Belgique

JCVD au casino 777
Logo Jeu-Argent.be
Logo Jeu-Argent.be

Commission des Jeux de Hasard : L'ancien directeur général accusé d'incitation au hacking

lundi 31 Mai 2021

Commission des Jeux de Hasard

Peter Naessens paraitra devant le tribunal correctionnel de Bruxelles le 1er juin pour incitation au hacking. Il est également accusé d'abus de fonds publics, interception de courriels et abus de pouvoir. Il comparaitra aux côtés de Norbert Boyen, l'ancien directeur technique de la Commission des jeux de hasard. Ce dernier est poursuivi quant à lui pour piratage.

Corruption, recel et hacking

L'affaire remonte en février 2020 lorsque le Centre Intégrité du Médiateur fédéral dévoile les résultats d'une enquête menée au sein de la Commission des jeux de hasard. Celle-ci a été ouverte quelques mois plus tôt et elle a permis de découvrir des cas de fraude et de corruption. Au total, 5 atteintes graves à l'intégrité ont été retenues. Les responsables sont notamment accusés d'abus de fonds publics, d'interception de courriels et d'avoir reçu des cadeaux provenant de bookmakers. Une fois que l'affaire a éclaté au grand jour, le ministre de la Justice de l'époque, Koen Geens est intervenu. Il a écarté 4 responsables de la Commission des jeux de hasard.

Le parquet de Bruxelles a toutefois choisi une autre voie. Il attaque aujourd'hui deux de ces hauts fonctionnaires à savoir Peter Naessens et Norbert Boyen. Ils sont poursuivis pour interception, prise de connaissance et enregistrement de communications non-accessibles au public sans le consentement de tous les participants. Pour rappel, ils ont respectivement occupé le poste de directeur général et directeur technique au moment des faits.

D'autres charges ont aussi été retenues. Norbert Boyen est accusé de piratage tandis que Peter Naessens est inculpé d'incitation au hacking ainsi que de recel illégal de matériel informatique. L'ancien patron de la Commission des jeux aurait revendu des serveurs à des opérateurs privés pour 6 000 euros. Les deux hommes doivent comparaitre devant le tribunal correction de Bruxelles le 1er juin.

Les autres actualités de la Commission des Jeux de Hasard