L'histoire des machines à sous et des jeux de dés avec Luckygames.be
» Casino en ligne » Jeux d'argent en ligne en Belgique

JCVD au casino 777
Logo Jeu-Argent.be
Logo Jeu-Argent.be

L'histoire des machines à sous et des jeux de dés avec Luckygames.be

mardi 22 Septembre 2020

Lucky Games

Les machines à sous représentent aujourd'hui deux tiers du revenu généré par les casinos. Elles attirent les joueurs grâce à leur accessibilité et leur taux de redistribution particulièrement élevé. Elles vendent aussi du rêve avec leur jackpot impressionnant qui se chiffre parfois en dizaines de millions d'euros. Cette semaine, le casino Luckygames.be vous propose de découvrir l'histoire de ces appareils qui ont forgé l'industrie des jeux d'argent depuis leur naissance dans les légions romaines à leur version digitalisée moderne.

De César à Bugsy

Pour comprendre l'origine des machines à sous, il faut revenir à l'époque de la Rome antique. Les légionnaires s'adonnaient déjà à des jeux de dés pour se divertir entre deux batailles. Il faut dire qu'ils offrent de nombreux avantages. Ils étaient à la fois faciles à comprendre et accessibles. Un soldat romain va cependant faire passer ce simple loisir à la postérité grâce à une citation devenue mythique : « Les dés sont lancés ». Ces mots ont été prononcés par César lorsqu'il a traversé le Rubicon en 49 av. J.-C. afin d'aller défier Pompéi.

Depuis, les jeux de dés sont entrés dans la culture populaire grâce à d'autres citations imagées et d'autres variantes. En 1898, l'inventeur Charles Fey va cependant créer une révolution en automatisant le lancer de dés. Il met en effet au point le premier prototype de machines à sous baptisé Card Bell. Un an plus tard, il améliora l'appareil pour donner naissance à l'ancêtre de tous les bandits manchots, la Liberty Bell. Celle-ci s'inspire du mécanisme des jeux de dés. Elle utilise 3 rouleaux sur lesquels figurent 5 symboles. L'objectif consiste à obtenir une combinaison de trois symboles identiques.

L'appareil connaît un certain succès, mais son inventeur refuse de commercialiser son brevet. Cela n'empêchera pas d'autres ingénieurs de copier son fonctionnement pour proposer leur propre version. Les machines à sous envahissent rapidement l'espace public. Durant les années 20, cependant, elles sont interdites à cause de la prohibition. Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour les voir réapparaître dans les cafés, les bars et les hôtels. Elles connaîtront d'ailleurs leur âge d'or à cette époque grâce à Benjamin Bugsy Siegel et son établissement le Flamingo situé à Las Vegas. Ce célèbre chef de gangster décide d'investir massivement dans ces machines à sous pour divertir la compagnie féminine de sa clientèle. Le succès est immédiat et retentissant. Aujourd'hui, les machines à sous génèrent 2/3 des revenus des casinos.

L'épopée belge

Comme d'autres inventions américaines, les bandits manchots ont été exportés en Europe où ils ont connu un succès similaire. En Belgique, ils étaient disponibles dans les casinos, mais aussi les cafés. En 1975, cependant, les autorités ont décidé de revoir la législation. Les machines à sous sont alors interdites dans les cafés. Une variante va toutefois émerger dans les années 90 en remplaçant les symboles par des dés et les rouleaux par des cadres. Baptisée jeu de dés, elle sera autorisée dans les cafés et connaîtra un succès retentissant auprès des jeunes. Face au danger d'addiction, cependant, le gouvernement décide d'interdire ces titres. Depuis, les jeux de dés ne sont disponibles que dans les arcades et les salles de jeux belges. Ils sont soumis à une restriction d'âge de 21 ans.

Au début des années 2010, le secteur a vécu un nouveau bouleversement avec l'arrivée du digital. La dématérialisation des appareils a permis une augmentation du rythme de production et une baisse des coûts d'entretien. L'expérience de jeu a aussi été enrichie grâce aux possibilités offertes par la technologie. Le digital a toutefois créé de nouveaux enjeux en matière de protection des joueurs et de lutte contre l'addiction. En Belgique, un cadre légal a donc rapidement été mis en place. Seuls les opérateurs agréés par la Commission des jeux de hasard peuvent proposer des machines à sous et des jeux de dés. Grâce à cette régularisation du marché, les joueurs peuvent profiter d'une protection optimale contre les litiges et les pratiques commerciales illégales. Le gouvernement quant à lui peut générer de nouveaux revenus grâce aux taxes.

Lucky Games - Casino légal en Belgique

Lucky Games a été agréé
par Commission des Jeux de Hasard de
Belgique sous l'agrément n°B+3825.

Logo de la Commission des Jeux de Hasard

Lucky Games - Les dernières actualités du casino en ligne en Belgique

Les autres news des casinotiers en ligne

Dernières nouvelles de la législation des casinos en ligne belges